Le duel en politique et ailleurs

Un duel arrive quand il y a désaccord entre deux personnes. Chaque personne souhaite défendre ses intérêts ou exprimer son mécontentement. Cette situation se vit généralement avec de la tension et de la nervosité. Il y a plusieurs façons d’aborder ce conflit, nous pouvons en retenir quatre : la première serait de refuser le duel, il y a évitement du duel. Pour plusieurs raisons, la colère est trop forte pour être exprimée, il y a la peur de se confronter à l’autre… Le conflit est bien réel mais il n’y a pas de tentatives de résolution. Si on prend la métaphore du duel entre escrimeurs, nous ne nous rendons même pas au combat. Une autre façon d’aborder le duel, c’est de l’accepter mais c’est de vouloir rentrer dans le duel en voulant terrasser son adversaire. Nous ne voulons pas discuter avec l’autre, nous ne voulons pas trouver un terrain d’entente, nous ne voulons pas ferrailler avec l’autre, nous voulons le tuer. Il y a une troisième approche, c’est de se rendre au combat avec son épée, on accepte la confrontation mais on refuse le combat, on pactise tout de suite, on cherche tout de suite la résolution (par peur peut être de la mort ou de la défaite). Et il y a une quatrième approche, c’est d’accepter le duel et le combat, ce n’est pas une mise à mort, j’accepte le combat, je tiens à défendre mes intérêts, j’explique quels sont mes griefs et ensuite je peux chercher une résolution et pactiser avec mon adversaire. Plusieurs façons donc d’aborder le conflit et le duel, entre volonté ou non (ou capacité) de trouver une résolution.

La thérapie est un long travail de labour

La thérapie est ce long chemin de soin. Elle répare les blessures passées, mais c’est aussi et surtout un travail de réajustement, de clarification. Car il y a la souffrance liée à un passé traumatique mais il y a aussi la souffrance de ne pas être celui que l’on voudrait être, la souffrance de ne pas être à sa place et la souffrance de manquer de sens et de ne pas le trouver dans sa vie.

Nous sommes donc en présence de deux façons de concevoir la souffrance : l’une en lien avec le passé et l’autre en lien avec notre état d’être présent, il y a aussi deux façons de concevoir la thérapie : l’une qui répare et l’autre qui invite le patient à se rencontrer, à se transformer perpétuellement et à se lancer dans une quête de sens. La thérapie est donc un chemin de vie, une voie initiatique, un chemin spirituel. Où tout d’abord, il nous ait demandé de nous engager, d’accepter l’aventure, de lui dire OUI. S’engager, c’est accepter le travail, accepter les épreuves, accepter de changer, accepter que le chemin soit long. Et nous allons vers une thérapie qui est un chemin de vie, qui n’a peut être pas de fin, ce n’est plus la thérapie qui dépasse une problématique, c’est une thérapie qui nous invite à continuellement nous transformer, à continuellement nous dépasser. Et cette transformation passe par un travail quotidien de labour. Comme le jardinier qui travaille sa terre, comme le potier qui travaille son argile. Cette première étape pour préparer la matière. Et l’œuvre commence dans ce travail de la matière première. Rien ne vient sans le travail de cette terre, rien ne vient sans l’engagement dans ce travail. C’est le mouvement continu de rotation du moulin, ce mouvement de rencontre avec la terre pour le paysan. On travaille sa terre pour la rendre plus meuble, pour qu’elle soit plus disponible, pour qu’elle puisse accueillir du nouveau, et nous pouvons mettre des graines. L’artiste, le paysan, va créer une œuvre belle mais il y a d’abord la noblesse du premier travail. La noblesse de se mettre au travail.

Et ensuite en thérapie vient la rencontre avec ses monstres, avec ses ténèbres. Et nous creusons, nous nous risquons à creuser dans nos galeries souterraines. Pour faire face à nos monstres. Mais chaque fois que nous creusons, c’est pour mieux retrouver la lumière. Donc chaque fois que nous descendons, nous montons plus léger. Du grossier nous allons vers le subtil.

Tout ce voyage est possible, si chaque jour, nous acceptons de nous mettre au travail. L’alchimie est possible, si nous nous mettons en joie à l’ouvrage.

Gouverner

EPISODE54-jpg

Gouverner. C’est exercer le pouvoir, gouverner une institution, un peuple. Mais c’est aussi : gouverner sa propre vie. Tenir le gouvernail de sa propre vie, choisir un cap et s’y tenir, malgré les secousses, les tempêtes. C’est prendre le pouvoir dans sa propre vie, décider ce que l’on va faire comme travail, choisir son lieu de vie, choisir avec qui l’on va partager sa vie. Et gouverner, c’est mener la « Grande guerre » contre soi même : contre l’avarice, la paresse, la mélancolie, l’aigreur… c’est combattre fermement toutes ces humeurs tristes. Gouverner comme un vrai leader, c’est rassembler toutes ses compétences au service de son art, l’art de dessiner sa propre vie. Gouverner, c’est accepter la lumière dans sa propre vie, c’est accepter le rayonnement de qui l’on est, c’est accepter le rayonnement de son être en devenir. Gouverner, tenir le gouvernail de son navire, maintenir le cap déployer la Grand voile. Et tout autour, tempêtes ou calme plat, qu’importe, les éléments n’altéreront pas la ténacité du capitaine.

Palabres

93660652_10158206046568147_249332729957580800_o

Palabres sur un balcon : il ne nous reste pas grand chose, si ce n’est parler. Autant que cela soit riche. Fini la course effrénée, les rendez-vous incessants, nous nous sommes arrêtés un peu, nous vivons au ralenti, et nous prenons le temps de nous parler. Aujourd’hui ressemble à hier, et demain tout autant. Plus rien à espérer, plus rien à programmer. Nous nous sommes donné rendez-vous pour parler. Répétition du geste mais pour un mouvement inattendu. Qui sommes-nous ? Que faisons-nous ici ? c’est quoi exister ? c’est quoi l’amour ? les mots jaillissent comme des merveilles. Les mots nous éclairent. Notre seule et belle richesse.

le voyage du Retour

20190602DP01_DJI_0007

Ce confinement, c’est un peu comme le Voyage du retour d’Ulysse. Le 11 mai, c’est Ithaque. Retrouver son île, chasser les prétendants et reprendre sa place de Roi, retrouver Pénélope et le lit nuptial, reprendre son rôle de père et retrouver son peuple. Mais avant, il y a toute la traversée : lutter contre tous les monstres de l’Inconscient, le Cyclope, les tempêtes, la drogue des Lotophages, ne pas tomber dans les griffes de la ténébreuse Circé… ce confinement c’est l’incessante répétition des jours comme chez Calypso. Et Ulysse fait le choix de retourner chez lui, de quitter le monde de l’oubli et de reprendre sa place. Je te vois Ithaque, je t’attends, je t’espère.

Une séance d’art thérapie, comment ça se passe ?

Vous arrivez en séance, je vous accueille et vous vous installez à votre place sur une chaise. Je vous écoute, vous venez avec quelque chose qui vous préoccupe actuellement et vous l’évoquez. Nous pouvons prendre le temps d’en parler ou je peux vous proposer d’en faire quelque chose dans la création : en peinture, en écriture ou en théâtre. En parole ou avec votre création, vous manifestez quelque chose, je peux vous faire un retour, vous apportez mon regard et je peux aussi vous suggérer de vous donner une autre direction, d’aller vers une nouvelle forme encore inenvisagée pour vous, afin d’être dans ce mouvement continu de transformation. La séance se termine (1h) et nous échangeons un peu pour clôturer la séance.

N’hésitez pas à me contacter pour démarrer une thérapie individuelle.